Autres: Motor Infos TV - La WebTV motorisée | | Moto Technologie
Comparateur 2 roues
 
Essai
mis en ligne le : samedi 18 septembre 2010

ADIVA AD 125 2010

La motomobile

Texte : Charles | Photos : Eric
Garantie et Prix
- 2 ans pièces et M.O, km illimité
- -
           Acheter     Assurer
Fiche technique
Moteur : monocylindre 4T, refroidi par eau, simple ACT, 4 soupapes
Cylindrée : 57 x 48,8 = 124,6 cm3
Puissance maxi : 13,2 ch à 8500 tr/mn
Couple : 10,9 nm à 6500 tr/mn
Mise en route : démarreur électrique
Alimentation : 1 carburateur
Embrayage : centrifuge
Boîte : Variateur
Cadre : treillis tubulaire
Suspension av. : fourche hydraulique ø41 , déb. mm
Suspension ar. : 2 amortisseurs réglables, déb. mm
Frein av. : 1 disque ø 260 mm, étrier double piston
Frein ar. : 1 disque ø 240 mm, étrier double piston
Pneu av. : 120/70 X 14; ar. : 140/70 x 14
Réservoir essence : 13 litres
Longueur : 2180 mm
Hauteur de selle : 700 mm
Poids à sec : 170 kg
Equipement de série
Jauge essence
Jauge température moteur
Totaliseur partiel
Température extérieure
Horloge
Essuie-glace
Lave-glace
Béquille centrale
Béquille latérale (coupe-contact)
Coffre arrière pour 2 casques intégraux
Coffre sous selle 1 casque jet
Toit repliable
3 vide-poches ouverts
Warning
Allumage auto des feux
Bouchon essence à clé
Précablâge autoradio/MP3
Feu AR à diodes
Options
Déflecteur de toit
Tablier hiver
Concurents
AEON Elite
Voir | Comparer | Essai

AZTRAL GTX (JS120 )
Voir | Comparer | Essai

DAELIM S2 125 FI 2009
Voir | Comparer | Essai

DAELIM S3 Touring 2012
Voir | Comparer | Essai

EUROCKA Predator 125
Voir | Comparer | Essai

HONDA S-Wing 125 CBS-ABS
Voir | Comparer | Essai

KEEWAY Silverblade 125
Voir | Comparer | Essai

KYMCO Dink Street 125
Voir | Comparer | Essai

KYMCO Dink Street 125 ABS 2011
Voir | Comparer

KYMCO Dink125
Voir | Comparer | Essai

KYMCO K-XCT 125
Voir | Comparer | Essai

LIFAN E-Space
Voir | Comparer | Essai

LINHAI Monarch 125
Voir | Comparer | Essai

MALAGUTI Blog 125
Voir | Comparer | Essai

MALAGUTI Madison3 125
Voir | Comparer | Essai

MBK Evolis 125 2014
Voir | Comparer

MBK Skycruiser 2011 ABS
Voir | Comparer | Essai

MISTRAL Manhatan 125
Voir | Comparer

PEUGEOT Satelis 125 2012
Voir | Comparer | Essai

Piaggio X10 125
Voir | Comparer | Essai

PIAGGIO Xevo 125
Voir | Comparer | Essai

REVATTO Imperator 125
Voir | Comparer

ROADBIKE Elite 125
Voir | Comparer | Essai

ROADSIGN 125GT
Voir | Comparer

SCARABUS GT 125
Voir | Comparer | Essai

SELECT UP Octalis
Voir | Comparer

SUZUKI Burgman 125 2014
Voir | Comparer | Essai

SUZUKI Burgman 125 Executive
Voir | Comparer | Essai

SYM GTS 125 2012
Voir | Comparer | Essai

SYM GTS 125 EFI
Voir | Comparer | Essai

SYM GTS 125 EFI ABS Stop & Start
Voir | Comparer | Essai

SYM Joyride 125 Evo
Voir | Comparer | Essai

TGB Xmotion 125
Voir | Comparer | Essai

VASTRO AS 125 City
Voir | Comparer

VECTRIX VX-1 Li
Voir | Comparer | Essai

VECTRIX VX-1 Li +
Voir | Comparer

VECTRIX VX-1 NiMH
Voir | Comparer | Essai

YAMAHA X-Max 125 2014
Voir | Comparer | Essai

YAMAHA X-Max 125 ABS 2011
Voir | Comparer | Essai

YAMAHA X-Max 125 Business 2011
Voir | Comparer | Essai

Bien qu'il suscite toujours autant la curiosité, le concept du scooter cabriolet n'est pas nouveau. Lancé par Benelli en 2000, l'Adiva fut même distribué par Renault sous l'appélation Fulltime. En 2007, une nouvelle version revue et corrigée fait son retour sur la marché avec des motorisations Piaggio et Adiva devient une marque. Au passage, les AD 125 et 250 ont gagnés un restylage et une vraie place pour le passager. Rachetée par des investisseurs japonais, elle propose depuis 2009 deux modèles 125 fabriqués à Taïwan et doté de moteurs SYM. Mais si le concept reste le même, les mentalités ont bien changées. Véritable outil de mobilité urbaine ou jouet exotique, quelle peut-être sa place dans les années 2010 ?
GT compact
 
A mi-chemin entre un Yamaha X-max et un MP3 125 ie, l'Adiva mesure tout de même 2 180 mm de long. Pourtant, grâce au toit escamotable, ses lignes lui confèrent une impression de compacité et un aspect avant-gardiste parfaitement à leur place dans le paysage urbain. D'autant que le coloris blanc et les feux arrière à diodes le replacent au centre des tendances actuelles. Pour un peu, on croirait une Smart à deux roues.

Le premier contact visuel se confirme une fois à bord puisque ces concepteurs sont parvenus à loger un gros coffre et une selle double normale dans un volume finalement compté. L'ergonomie rappelle celle du Suzuki Burgman : le guidon étroit  revient beaucoup plus près du conducteur qu'à l'accoutumé et l'assise est placée à seulement 700 mm des pavés. Confortable pour les utilisateurs mesurant moins de 1,75 m, le AD125 paraîtra sans doute un peu étriqué à ceux qui dépassent 1,80 m.

Les pieds posés bien à plat au sol, on s'habitue presque immédiatement au centre de gravité rehaussé par rapport au commun des scooters. Le rayon de braquage est comparable à celui du X-Max et le choix d'une jante avant de 14' facilite les manoeuvres à l'arrêt. Les commandes tombent sous la main et on s'élance finalement sans appréhension.

Amateur de buildings
 
Le moteur emprunté au SYM HD semble avoir conservé sa transmission destinée aux roues de 16' du scooter taïwannais. Combiné à une jante de 14', il procure à l'Adiva de franches accélérations. Il n'est pas rare de devancer les ténors du marché entre deux signaux tricolores. Vif au démarrage et franchement convaincant entre 20 km/h et 70 km/h, le AD125 se montre particulièrement à son aise en ville. On se demande parfois où sont passés les 170 kg à sec revendiqués par le constructeur.

1 560 mm séparent les deux roues et profitent participent clairement à la stabilité tandis que le centre de gravité placé haut profite à la vivacité. De plus, il est particulièrement étroit si bien que vous vous surprendrez à vous faufiler avec aisance là où d'autres 2 roues demande plus de circonspection. Pour couronner le tout, les rétroviseurs offrent l'un des meilleurs champ de vision du marché malgré quelques vibrations. Nous avons également apprécié les suspensions plus progressives que sur de nombreuses références de la catégorie.

Waterproof
 
Mais les deux arguments principaux du Adiva AD125 sont sans nul doute son étonnante protection et sa capacité de chargement tout simplement exceptionnelle. Le pare-brise en plexiglass durci anti-rayures et les déflecteurs latéraux s'associent au tablier pour dévier intégralement l'air. On en oublie alors de baisser la visière avec le sentiment d'être dans un cabriolet.. avec un guidon.

Mais l'AD donne le meilleur de lui même lorsque le pire est à craindre : j'ai avalé les 30 km qui me séparent de la rédaction sous la pluie battante d'un orage très matinal pour arriver à destination au sec et heureux. Quelques gouttes ont bien maculés mes coudes mais pas le reste de mon équipement estival. De plus, l'essuie-glace garantie un confort visuel inconnu des autres des utilisateurs de deux-roues copieusement arrosés que j'ai remonté entre deux rangés d'automobilistes médusés. C'est un vrai plus en matière de sécurité, testé et approuvé.

Cargoscoot
 
Le toit, installé en moins de 20 secondes, laisse entièrement libre le volume de la malle arrière. Deux casques intégraux, une veste et un antivol y trouveront sans problème leur place. Sans oublier qu'un jet rentre sous la selle et que deux vide-poches inclinés peuvent accueillir les choses qui traînent.

Bref, vous pouvez assurer vos rendez-vous quotidiens l'esprit libre sans avoir à reprendre votre automobile pour faire vos emplettes. Vous garderez les sourire même les jours de pluie grâce à l'essuie-glace efficace. L'Adiva serait-il le commuter idéal ?



Perfectible et cher
 
Malheureusement non. En effet, la finition peut nettement progresser. Les plastiques ne sont pas du meilleur aspect bien que leur ajustage n'appelle pas de critique. De même, l'habillage du coffre n'est pas du meilleur effet à cause d'une découpe imparfaite et les commodos font un peu bas de gamme. Même si on apprécie la présence du lave-glace, on déplore l'absence de commande d'appel de phare et il est dommage de laisser tomber le regard sur un commutateur de warning monté un peu vite. Rien de rédhibitoire en soi mais lorsqu'on propose un scooter 125 cm3 à 4 999 €, il paraît logique d'être au niveau des meilleurs.

Mais le plus regrettable reste le fouillis de câbles entourant le moteur. L'Adiva a été dessiné autour d'un moteur Piaggio Leader. Le SYM qui le remplace est également un monocylindre 4-temps à refroidissement liquide alimenté par carburateur mais ses mensurations et l'implantation de ses composants sont différents. Sauf que l'habillage inférieur de la coque arrière n'a pas été revu en conséquence. L'ensemble fait bâclé et cette économie pourrait bien constituer l'un des principaux freins au développement commercial de ce 125. On aurait nettement préféré un travail sur ce point à l'installation d'une paire d'enceinte et d'une prise pour lecteur MP3.

En France, il souffrira également de prestations médiocre sur voies rapides. Le AD125 fait plus que ses 13,5 ch et 10,9 Nm entre les building mais une fois au grand air, il fait payer sa vivacité urbaine par une vitesse de pointe limitée à 100 km/h. Et compte-tenu de sa prise au vent, la raison vous pousse à stabiliser votre vitesse de croisière à 90 km/h compteur. De toute façon, au-delà, l'habitacle joue les caisses de résonance et fini par saturer le nerf auditif. Les habitués des scooters GT125 risquent donc fort de lui trouver un manque d'allonge pénalisant.
Conclusion
Pour autant, Adiva semble plutôt s'adresser à de nouveaux utilisateurs descendus de leur voiture pour prendre le guidon dans le contexte d'une utilisation principalement urbaine. Original à l'arrêt et convaincant à l'usage, l'AD125 mérite de connaître une diffusion bien moins confidentielle. Mais à près de 5 000 €, il est incontournable d'améliorer la finition et d'offrir l'ABS pour trouver sa place sur un marché où les exigences sont celles du monde automobile. En attendant, depuis la disparition du C1, il ouvre seul la voie aux motomobiles.
scooters tout-temps
capacité d'emport
usage citadin
originalité/efficacité
ergonomie pour les grands
vitesse de pointe
finition moteur
prix
Moteur :
Partie-cycle :
Esthetique :
Equipement :
7/10
8/10
8/10
9/10
Vitesse maxi :
Accélération 0-100 m :
Diamètre braquage :
Conso. moyenne :
Autonomie :
98 km/h
9,6 sec
4810 mm
4,1 l/100 km
315 km
Note Finale :   8/10
Réaction(s) (3)
1 | écrit le samedi 25 septembre 2010 à 10h07 par Marc
Pourquoi ce concept n'a t'il jamais marché? Peut être que les grandes marques ont estimé qu'un toit sur un scooter ne servait à rien. Je me souviens même des magasins Yamaha-Pons qui avaient sorti un toit sur le Majesty lorsque le C1 est sorti et le pauvre sous-traitant avait 98 toits en stock sur les 100 fabriqués après un an de commercialisation. Et ce n'est pas une fabrication en Chine qui va arranger les choses !
2 | écrit le dimanche 17 octobre 2010 à 09h25 par rene
J'en vois de temps en temps, mais c'est normal que cela ne se vende pas car un toit sans la sécurité, ça ne sert tout juste qu'à faire une voile exposée au vent... Autrement ce n'est pas une mauvaise machine, surtout avec son ce relookage. Mais bon faut aimer. Au moins ce scoot est plus joli que le bmw C1 (mais beaucoup moins sécure).
3 | écrit le mardi 07 août 2012 à 00h55 par sifildeserge
avec un t-el équipement s'il pleut et, en plus il fait du vent l'on a de quoi s'inquiéter pour la sécurité; il faut pas oublier qu'un scooter reste un deux roues?????
Réagir sur cet essai :
Pseudo :

Email : (ne sera pas affiché sur le site, mais un mail de validation vous sera envoyé)

Votre commentaire :

Smiley: :evilgrin: :waii: :unhappy: :tongue: :surprised: :smile: :happy: :wink:
Recopiez le code ci-contre (chiffres uniquement):
Occasions scooter
Boutique
.: Tags :.
Partenaires