Autres: Motor Infos TV - La WebTV motorisée | | Moto Technologie
Comparateur 2 roues
 
Essai
mis en ligne le : samedi 06 septembre 2008

ROADSIGN RS50

Le petit Kangourou qui ne vous vide pas les poches

Texte : David | Photos : Vincent
Garantie et Prix
- 2 ans pièces et M.O
- 990 €
           Acheter     Assurer
Fiche technique
Moteur : monocylindre 4T, refroidi par air, simple ACT, 2 soupapes
Cylindrée : 37,8 x 44 = 49 cm3
Puissance maxi : ch à tr/mn
Couple : 3,8 nm à 5000 tr/mn
Mise en route : démarreur électrique ou kick
Alimentation : 1 carburateur
Embrayage : Centrifuge
Boîte : Variateur
Cadre : treillis tubulaire
Suspension av. : fourche télescopique ø , déb. mm
Suspension ar. : mono-amortisseur, déb. mm
Frein av. : 1 disque ø 160 mm, étrier simple piston
Frein ar. : tambour ø mm,
Pneu av. : 3.50 x 10; ar. : 3.50 x 10
Réservoir essence : 4,5 litres
Longueur : 1650 mm
Hauteur de selle : 730 mm
Poids à sec : 75 kg
Equipement de série
Démarreur électrique
Compteur kilométrique
Porte-paquets
Béquille centrale
Béquille latérale
Blocage de direction au contacteur
Jauge à essence
Vide-poches
Coffre (pas de casque)
Ouverture coffre par clé
Plancher plat
Accroche sac
Poignées de maintien
Constructeur / Distributeur

ROADSIGN
Feu Vert
11 Allée du Moulin Berger
BP70162
69136-Ecully

Cedex
Tel : 04 26 10 57 00
Fax : 04 72 17 70 29
www.feuvert.fr

Concurents
BHM e-Road
Voir | Comparer | Essai

C-Lect C-Ludic Lithium
Voir | Comparer

C-Lect C-Tonic
Voir | Comparer

CPI Aragon 50
Voir | Comparer | Essai

CPI Oliver City 50
Voir | Comparer

DAELIM Bonita
Voir | Comparer | Essai

DAELIM Cordi 50
Voir | Comparer

DAELIM S4
Voir | Comparer | Essai

DERBI Boulevard 50
Voir | Comparer | Essai

E-MAX 110S
Voir | Comparer | Essai

E-MAX 80L
Voir | Comparer

EUROCKA Matador 50
Voir | Comparer | Essai

EVT 4000
Voir | Comparer | Essai

GENERIC Cracker
Voir | Comparer

GENERIC Epico
Voir | Comparer

GENERIC Ideo 50
Voir | Comparer

GENERIC Roc
Voir | Comparer

GOVECS Go! S 2.4
Voir | Comparer | Essai

HONDA NSC 50 R
Voir | Comparer | Essai

Honda Vision 50
Voir | Comparer | Essai

HOOPER Moving 50
Voir | Comparer

HOOPER Soho 50
Voir | Comparer

IO 1500 GT
Voir | Comparer | Essai

KEEWAY Goccia 50
Voir | Comparer

KEEWAY Hurricane 50
Voir | Comparer | Essai

KOSMOB Serie C
Voir | Comparer | Essai

KYMCO Agility 50 10”
Voir | Comparer | Essai

KYMCO Agility 50 Carry
Voir | Comparer

KYMCO Like LX 50
Voir | Comparer

KYMCO Vitality 50
Voir | Comparer

LINHAI Streetstar 50
Voir | Comparer | Essai

MALAGUTI F10 Wap 50
Voir | Comparer

MATRA e-MO
Voir | Comparer | Essai

MATRA e-MO PLUS
Voir | Comparer | Essai

MATRA e-MO XP
Voir | Comparer | Essai

MATRA i-scool
Voir | Comparer | Essai

MBK Booster One
Voir | Comparer

MBK MACH G 50 Air
Voir | Comparer

MBK MACH G 50 Liquid
Voir | Comparer

MBK Ovetto 50
Voir | Comparer | Essai

MBK Ovetto 50 4T UBS
Voir | Comparer | Essai

MBK Ovetto 50 One
Voir | Comparer | Essai

Neco Eco-neco
Voir | Comparer | Essai

PEUGEOT Citystar 50
Voir | Comparer | Essai

Peugeot e-Vivacity
Voir | Comparer | Essai

PEUGEOT Kisbee 50
Voir | Comparer | Essai

PEUGEOT Ludix 2 Trend
Voir | Comparer

PEUGEOT New Vivacity 50 2T
Voir | Comparer | Essai

PEUGEOT New Vivacity 50 4T
Voir | Comparer | Essai

PGO iDEP
Voir | Comparer

PGO Libra 50
Voir | Comparer

PGO Ligero 50
Voir | Comparer

PIAGGIO Fly 50 2T
Voir | Comparer

PIAGGIO Zip 50 2T
Voir | Comparer

REVATTO E-Velec
Voir | Comparer

REVATTO Saphir Hybride
Voir | Comparer | Essai

SACHS 49 ER
Voir | Comparer

SACHS BEE 50
Voir | Comparer

SOLEX e-Solex 2.0
Voir | Comparer | Essai

SYM Allo 50 GT
Voir | Comparer

SYM Fiddle 50
Voir | Comparer | Essai

SYM Mio 50
Voir | Comparer | Essai

SYM Orbit 50 II
Voir | Comparer | Essai

SYM Symphony 50 SR
Voir | Comparer

TGB City
Voir | Comparer

TNT Roma 50
Voir | Comparer | Essai

VASTRO AS 5H Aspic
Voir | Comparer

VESPA LX 50 Touring
Voir | Comparer

VESPA Primavera 50
Voir | Comparer

VESPA S 50 2T
Voir | Comparer

VESPA S 50 4V
Voir | Comparer | Essai

YAMAHA BW'S Easy
Voir | Comparer

YAMAHA EC-03
Voir | Comparer | Essai

YAMAHA Neo s 50
Voir | Comparer | Essai

YAMAHA Neo s 50 4T USB
Voir | Comparer

Les centres Feu Vert commercialisent depuis mai 2008 la marque Roadsign scooter. Le célèbre réseau automobile propose trois véhicules « low cost » avec des packs prenant en charge la mise en route, l’entretien et des financement avantageux. Un 50, flanqués du célèbre logo au Kangourou est proposé sous l’appellation RS. Ce scooter vendu à moins de 1000 euros revendique un design sympa, une excellente maniabilité, quelques équipements pratiques et un moteur 4 temps.
Un couple et leur fils de 14 ans déposent leur automobile dans une enseigne Feu Vert. A l’intérieur du centre trône un scooter 50 cc. La femme trouve que ce deux-roues au petit gabarit serait idéal pour aller faire un peu de shopping, l’adolescent rêve déjà de se rendre au collège à son guidon et le mari qui n’a plus de point sur son permis voiture ; voilà une belle alternative pour effectuer ses déplacements urbains. Ce cas d’école un peu stéréotypé n’est pourtant pas si loin de la réalité et du concept marketing que Feu Vert met en place en proposant des deux-roues à sa clientèle.
Mais pour quel type de scooter cette famille est-elle entrain de succomber ? Et que peut-elle attendre d’un 50 cc vendu à moins de 1000 euros dans un réseau si atypique ?

Un petit gabarit bien équipé

Empattement court, selle basse, roues de 10 pouces… le Roadsign RS 50 est un petit gabarit. Idéal pour les femmes et adapté aux hommes de moins d’un mètre 80, ce scooter propose un look agréable à mi-chemin entre sportif et citadin. Le côté racing se retrouve dans le nez plongeant et la déco stylisée alors que la selle et le porte-paquets arrière tendent plutôt vers le véhicule urbain. La finition générale est correcte sans atteindre toutefois les standards Japonais.
Nous avons grimacé sur les commodos « cheap », les clignotants non intégrés et le tableau de bord à l’imitation carbone douteuse. Le Roadsign tente de donner le change grâce à quelques éléments clinquants  à l’instar des ajouts de chrome sur la face avant, le pot d’échappement ou le moteur. La dernière coquetterie vient de l’utilisation de jantes alliage. Au registre des équipements, ce scooter s’en sort avec les honneurs avec en premier lieu la présence d’une béquille centrale pour les longs stationnements et d’une béquille latérale pour les arrêts plus courts. Vous pourrez d’ailleurs bloquer la colonne de direction via le neiman situé au contacteur.
Grâce à son plancher plat, le Roadsign permet de transporter quelques affaires entre ses jambes d’autant que le tablier avant est pourvu d’un accroche sac. Un tablier qui se pare également d’un large vide-poches ouvert permettant de glisser divers objets. Et si la place vous manque encore, vous pourrez profiter du porte-paquets tubulaire avec crochets d’arrimage ou du coffre sous la selle qui s’ouvre sur le côté gauche du scooter avec la même clé que le contacteur. Un coffre à l’ergonomie mal pensée et à la contenance limitée. N’espérez pas y entrer un casque jet sans écran et encore moins un intégral. Dommage…Sous la selle se situe également le bouchon de réservoir d’essence qui avale 4,5 litres.
Terminons ce tour d’horizon par le tableau de bord analogique qui affiche la vitesse et la quantité d’essence restante grâce à une jauge à aiguille. Le fond du compteur, qui reprend la mascotte du kangourou, imite tant bien que mal le carbone et utilise quelques touches d’orange bien flashy. L’ensemble est parfaitement lisible.


Partie-cycle vive et moteur brillant

La mise en route de la machine s’effectue au démarreur électrique mais un kick de secours est également présent en cas de défaillance. Léger et compact, le Roadsign RS 50 se prend en main avec une facilité déconcertante. Ses roues de 10 pouces lui confèrent une grande agilité ainsi qu’une faible hauteur de selle qui permet de conserver les pieds bien à plats lors des arrêts. Revers de la médaille, on se sent tout petit dans le flot de la circulation et les conducteurs de plus d’un mètre soixante-quinze auront du mal à se caser à bord.
En contrepartie, le scooter se montre particulièrement confortable avec sa selle épaisse et légèrement incurvée qui empêche le pilote de glisser vers l’avant lors des phases de freinage. Le passager profite pour sa part d’une poignée de maintien dans le prolongement du porte-paquets.
Dans les courbes, le châssis se montre rigoureux malgré une direction vive et un amortisseur arrière qui à tendance à légèrement pomper. Le moteur utilisé sur le RS 50 est un monocylindre 4 temps refroidi par air. Bridé à 45 km/h conformément à la législation, il se montre brillant aussi bien en phase d’accélération que de reprise.
Toujours disponible, la puissance permet de partir fort au feu vert ou de s’extirper facilement d’une circulation dense. Il est vrai qu’avec 75 kilos sur la balance, le Roadsign se joue aisément des pièges de la ville et profite d’un freinage rassurant à défaut d’être transcendant. Le disque avant de 160 mm est efficace mais le tambour arrière est franchement mou. A ce prix là il est difficile de tout avoir.
Conclusion
A moins de 1000 euros, ce scooter à l’effigie du Kangourou australien ne vous trouera pas les poches…le Roadsign RS 50 est une bonne affaire même si la finition n’égale pas les productions Japonaises ou Eurpéennes. Bien équipé et proposant une motorisation 4 temps à la hauteur, le Roadsign surprend avant tout par son étonnante agilité. Les deux principaux défauts recensés restent son coffre réduit et son frein arrière anémique. Vendue par le réseau Feu Vert, cette machine profite d’un suivi bien plus abouti que certains véhicules distribués en grandes surfaces. Une nouvelle façon de consommer le deux-roues en quelque sorte.
Maniabilité
Confort
Equipements
Tarif
Petit coffre
Frein arrière mou
Peu adapté aux grands gabarits
Moteur :
Partie-cycle :
Esthetique :
Equipement :
7/10
7/10
7/10
7/10
Vitesse maxi :
Accélération 0-100 m :
Diamètre braquage :
Conso. moyenne :
Autonomie :
45 km/h
nc
3220 mm
2,8 l/100 km
160 km
Note Finale :   7/10
Réaction(s) (1)
1 | écrit le samedi 13 septembre 2008 à 11h43 par econo
Oui, mais Feu vert s'en met plein les poches, car ce scooter se trouve bien moins cher dans d'autres circuits de distribution. Alors on paye au prix fort sans savoir ce que donnera le SAV, mais cela rassure peut être les clients…
Réagir sur cet essai :
Pseudo :

Email : (ne sera pas affiché sur le site, mais un mail de validation vous sera envoyé)

Votre commentaire :

Smiley: :evilgrin: :waii: :unhappy: :tongue: :surprised: :smile: :happy: :wink:
Recopiez le code ci-contre (chiffres uniquement):
Occasions scooter
Boutique
.: Tags :.
Partenaires